[Critique] Syngué Sabour – pierre de patience

Affiche Syngué Sabour

« Un magnifique portrait de femme dans une société rongée par ses tabous »

Résumé Allociné : Au pied des montagnes de Kaboul, un héros de guerre gît dans le coma ; sa jeune femme à son chevet prie pour le ramener à la vie. La guerre fratricide déchire la ville ; les combattants sont à leur porte. La femme doit fuir avec ses deux enfants, abandonner son mari et se réfugier à l’autre bout de la ville, dans une maison close tenue par sa tante. De retour auprès de son époux, elle est forcée à l’amour par un jeune combattant. Contre toute attente, elle se révèle, prend conscience de son corps, libère sa parole pour confier à son mari ses souvenirs, ses désirs les plus intimes… Jusqu’à ses secrets inavouables. L’homme gisant devient alors, malgré lui, sa « syngué sabour », sa pierre de patience – cette pierre magique que l’on pose devant soi pour lui souffler tous ses secrets, ses malheurs, ses souffrances… Jusqu’à ce qu’elle éclate !

Critique :

Syngué Sabour photo 2Adaptant son propre roman, lauréat du prix Goncourt en 2008, Atiq Rahimi met en lumière les mœurs d’un pays ravagé par la guerre en même temps qu’il dresse un très beau portrait de femme. Si son film semble de prime abord lent et austère, c’est pour mieux prendre le temps d’installer une atmosphère propice à la confession et qui mérite qu’on fasse l’effort de s’immerger dans le récit. On découvre alors une histoire passionnante avec en toile de fond les pratiques et coutumes d’une société régie par un islamisme radical avec son code d’honneur, ses tabous et ses interdits. En donnant la parole à une mère, à une épouse dans un système dominé par les hommes, le réalisateur éclaire la condition de la femme afghane à travers un point de vue trop rarement mis en avant.

Prenant la forme d’un huis-clos – dans cette maison déserte et dans la tête du personnage -, le film est un long monologue, un Syngué Sabour photo 4parti pris qui permet à la jeune femme de raconter son histoire à son mari et aux spectateurs. A la fois fardeau et moyen d’émancipation, elle entretient avec son époux une relation ambivalente, restant à ses côtés par devoir et surtout pour soulager sa conscience. Petit à petit, elle se confie par l’entremise de cette « pierre de patience » faite de chair et d’os. Elle lui raconte ses souffrances, son enfance, qui elle est. Elle craque parfois. Elle se souvient de la manière dont sa sœur de 12 ans a été donnée en mariage à un homme trois fois plus âgé qu’elle, comme un simple trophée destiné à honorer un pari perdu. Ou comment elle a été mariée à une photo à 17 ans. Dans le rôle de cette compagne dévouée, la magnifique Golshifteh Farahani livre une prestation remarquable et porte le film de bout en bout.

Syngue-Sabour photo 1Celui-ci prend une direction inattendue et se fait plus intrusif lorsqu’elle évoque sa sexualité, brisant un tabou profondément ancré dans la culture afghane. Mais c’est son viol par un jeune soldat qui marque le véritable tournant du film. Loin de la réaction de rejet attendue, c’est une relation passionnée que la jeune femme entretiendra avec lui, révélant une sensualité tue jusqu’alors. Un épanouissement surprenant et en totale contradiction avec l’austérité du film, symbolisée par le voile intégral revêtu pour se rendre en ville. Comme si elle n’avait pas droit à cette liberté. Comme un fantôme prisonnier d’une société patriarcale déambulant dans un Kaboul en ruines. Le contraste n’en est que plus saisissant. Lorsqu’elle révèle finalement son secret, lié à ces tabous mêmes qui régissent la société, c’est toute une culture et un système de croyances que le réalisateur met face à ses contradictions. Un constat implacable et dérangeant.

Syngué Sabour photo 3

Syngué Sabour – pierre de patience, d’Atiq Rahimi, avec Golshifteh Farahani, Hamidreza Javdan, Hassina Burgan… Drame, 1h42, français, allemand, afghan.

Publicités

2 Commentaires

  1. Marion - Le Monde des Loups · · Réponse

    Je pense regarder ce film, il a l’air vraiment beau.

    J'aime

    1. Oui, il vaut vraiment le coup !

      J'aime

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :