[Dossier] Tentative d’analyse de Cloud Atlas (avec spoilers)

Par sa densité, la multiplicité des personnages et des thèmes développés, Cloud Atlas peut paraître un peu obscur. Tentative de décryptage.

cloud_atlas_papa_song

Les grands thèmes :

             – Le cannibalisme :

Pour Freud, le cannibalisme est l’un des interdits les plus fondamentaux de notre société occidentale. Ce tabou est pourtant transgressé dans trois histoires sur les six que compte Cloud Atlas.

Dans l’histoire d’Adam Ewing, le docteur Henry Goose fouille une plage sur laquelle avaient lieu des sacrifices rituels incluant des actes de cannibalisme. Il récolte les dents recrachées par les anthropophages. Dans l’histoire concernant Zachry, Tom Hanks affronte la tribu cannibale Kona. Dans ces deux cas, la pratique du cannibalisme est connue. C’est un danger dont il faut se protéger.

La partie sur Sonmi – 451 est différente. Le Néo-Séoul imaginé ici se présente comme une dystopie imaginant la pire société qui soit. Sonmi découvre que le savon utilisé pour nourrir les serveuses de Papa Song est fait à partir de corps humains. Le cannibalisme est involontaire et résulte de la tromperie provoquée par l’entité au pouvoir baptisée « Unanimity ». Cette partie est un hommage direct au Soleil Vert de Richard Fleischer (1974), une référence du cinéma d’anticipation, dans lequel Charlton Heston découvrait que le substitut destiné à nourrir la population était constitué de restes humains.

La pratique du cannibalisme semble justifiée dans Cloud Atlas par la phrase « The weak are meat, the strong do eat » (les faibles sont de la viande, les forts s’en repaissent), répétée comme un proverbe pour expliquer la marche du monde.  C’est la loi du plus fort qui prévaut.

Cloud_Atlas_17

(Vous reconnaissez Hugh Grant?)

            – La lutte, le combat :

Cette volonté d’affranchissement, d’abord temporel en abolissant les frontières entre les époques et en étalant l’histoire sur plusieurs siècles, se retrouve à l’échelle des personnages. Chacun d’entre eux lutte contre ce qu’il considère comme une injustice ou entend dénoncer quelque chose.

Certains veulent éclairer le monde et la société, faire évoluer les mentalités. Le personnage devient alors le porte-voix chargé de dénoncer les dérives du système et de l’ordre établi. Après son voyage, Adam Ewing brave l’autorité de son beau-père et renonce au confort douillet associé à son statut pour lutter contre l’esclavage. Autua lui a sauvé la vie et il veut agir pour faire avancer cette cause. En 1973, Luisa Rey révèle un complot industriel sur la base du rapport qui lui a fourni Rufus Sixsmith. Elle découvre que les responsables d’une centrale nucléaire veulent dissimuler ses défauts de sécurité. Elle résistera aux intimidations et tentatives d’assassinat pour faire éclater la vérité. Enfin, en 2144, Sonmi-451 veut faire tomber le système oppresseur qui recycle ses membres et maintient les clones dans un état d’asservissement permanent qui les empêchent d’accéder au bonheur. Leurs journées sont ainsi programmées à la minute, le réveil et l’endormissement sont gérés par une machine. Symbole ultime du mensonge d’une société pervertie, leur affranchissement, présenté comme le point de départ d’une nouvelle vie, s’avère être leur arrêt de mort.

Dans les trois autres histoires, le personnage agit dans son propre intérêt ou pour protéger les siens.  Zachry affronte un double danger représenté à la fois par la tribu cannibale qui menace sa famille et par Le Vieux Georgie, le démon qui le hante et se manifeste régulièrement à lui sous forme de visions.  En 1936, Robert Frobisher veut protéger ses droits sur son œuvre, le sextuor Cloud Atlas, et sa réputation. Vyvyan Ayrs menaçant de révéler son homosexualité, cela l’aurait discrédité aux yeux de tous.  Timothy Cavendish veut conserver sa liberté et refuse de se laisser enfermer dans une maison de retraite. Convaincu d’être sain d’esprit, il déjoue le mauvais tour de son frère en se faisant la belle avec trois autres pensionnaires.

Ayrs

Cloud Atlas 2

La symbolique de la comète :

Chacun des six personnages principaux porte une tâche de naissance en forme de comète : sur l’épaule pour Luisa Rey, sur les reins pour Robert Frobisher…  Une marque qui les relie à travers les époques. La comète peut être perçue comme le symbole d’un univers et de destins en perpétuel mouvement, les actions des uns ayant des répercussions sur la vie des autres. Au 18° siècle, l’astronome Jean-Henri Lambert considérait les comètes comme la manifestation de l’ordre suprême de l’Univers dans lequel rien n’arrive par hasard et chaque chose a son but. Une façon de penser qui rappelle la révélation de Sonmi-451 : « Nos vies ne nous appartiennent pas. Nous sommes liés les uns aux autres ».

L’Histoire est un éternel recommencement :

Ce n’est pas un hasard si le film s’ouvre et se termine sur le récit de Zachry, en guise de prologue et d’épilogue. Son histoire constitue la dernière période sur le plan chronologique. On découvre une société archaïque, violente et sauvage. L’Histoire étant un cycle, un éternel recommencement, les humains sont retournés à une époque presque médiévale. Sa manière de parler, très particulière, peut aussi accréditer la thèse d’un retour en arrière, comme si le langage tel que nous le connaissons avait disparu. L’histoire se déroule après La Chute. On peut dès lors imaginer se trouver dans un futur post-apocalyptique : la société « civilisée » a disparu entrainant à terme la fin de toute vie sur notre planète. Il finira d’ailleurs par quitter la Terre.

Vieux

Autres clins d’œil : 

Le nom de la femme de Vyvyan Ayrs, Jocasta, renvoie à Jocaste, la mère d’Œdipe dans la mythologie grecque. Conformément à la prédiction de l’oracle, Œdipe tuera son père sans le reconnaitre et épousera sa mère. Dans Cloud Atlas, Robert Frobisher couche avec Jocasta et tente de tuer Ayrs, sorte de père artistique pour lui.

Dans la langue française, un méronyme est un terme lié à un autre par la relation d’une partie à un tout,  il en désigne une sous-partie. Dans le film, le personnage de Meronym évolue dans une plus grande histoire. Elle est une partie de la Cartographie des nuages.

Pour y voir plus clair (ou pas) :

Plusieurs infographies trouvées sur le net retracent les liens entre les personnages.

cloudatlas1-600x900

Cloud-Atlas-Infographie

Et voici la mienne pour clarifier les liens entre les six principales histoires:

Infographie Cloud Atlas

(Ok, elle est moins élaborée que les précédentes mais c’est « mon précccccieux ». Si vous avez relevé d’autres liens, je prends).

Pour la critique du film, c’est par là.

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :