[Critique] Oblivion

Affiche Oblivion

« Un univers d’une beauté envoûtante mais qui tourne à vide faute de scénario » 

Résumé Allociné : 2077 : Jack Harper, en station sur la planète Terre dont toute la population a été évacuée, est en charge de la sécurité et de la réparation des drones. Suite à des décennies de guerre contre une force extra-terrestre terrifiante qui a ravagé la Terre, Jack fait partie d’une gigantesque opération d’extraction des dernières ressources nécessaires à la survie des siens. Sa mission touche à sa fin. Dans à peine deux semaines, il rejoindra le reste des survivants dans une colonie spatiale à des milliers de kilomètres de cette planète dévastée qu’il considère néanmoins comme son chez-lui.

Critique :

Après Tron l’héritage, Joseph Kosinski poursuit son incursion dans la science-fiction en explorant son pendant post-apocalyptique. Le réalisateur adapte son propre roman graphique et instaure un univers intéressant, sur la forme en tout cas. En présentant une Terre ravagée par la guerre et une série de catastrophes naturelles, il dépeint un avenir presque prophétique et désormais plus si lointain régit par des peurs contemporaines comme la survie de l’humanité ou l’épuisement des ressources naturelles.

Oblivion 4

Sublimés par la musique de M83, planante et épique, certains plans sont d’une beauté et d’une ampleur à couper le souffle. L’image de cette lune détruite, au-delà de la force de l’idée tant sur le plan scientifique que purement graphique, et de la chevauchée de Jack au milieu d’épaves de bateaux combleront les fans du genre. Ou comment mêler l’infiniment grand et l’infiniment petit dans une alliance envoûtante et visuellement somptueuse. Côté casting, Tom Cruise est impeccable comme à son habitude. Reste que sa tendance à apparaître dans chaque plan, désormais récurrente de film en film, peut agacer.

Oblivion 2

Pour les éloges on s’arrête là (même si ça en fait déjà pas mal !). Passée l’excitation de la première partie et de la découverte de l’univers, le soufflé retombe très vite et le constat est implacable : tout cela n’a aucun but. L’univers installé avec tant de minutie est gâché par un scénario sans le moindre enjeu, voire inexistant. L’histoire, dépourvue de moteur, sert rapidement de prétexte à des explosions en tous genres et le potentiel du postulat de départ est gâché au profit d’un film d’action lambda, comme Time Out en son temps. La déception est à la hauteur de l’enthousiasme du départ. Il paraît que dans l’espace, personne ne nous entendra crier. C’est peut-être pas plus mal…

To be captioned by Picture Desk.

Aperçu de la magnifique bande-originale de M83 avec « Waking up » :

Oblivion de Joseph Kosinski, avec Tom Cruise, Olga Kurylenko, Morgan Freeman, Andrea Riseborough, Nikolaj Coster Waldau… Américain, science-fiction, 2h06.

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s