[Critique] Coup de cœur de mai #2 : Upside Down

(Et non pas « coup de cœur de mes deux »… au contraire. Mouhahahaha, humour).

Affiche Upside Down

 «  Une histoire d’amour bouleversante ancrée dans un univers captivant »

Résumé Allociné : Dans un univers extraordinaire vit un jeune homme ordinaire, Adam, qui tente de joindre les deux bouts dans un monde détruit par la guerre. Tout en luttant pour avancer dans la vie, il est hanté par le souvenir d’une belle jeune fille venant d’un monde d’abondance : Eden. Dans cet univers, son monde se trouve juste au-dessus de celui d’Adam – si près que lorsqu’il regarde vers le ciel, il peut voir ses villes étincelantes et ses champs fleuris. Mais cette proximité est trompeuse : l’entrée dans son monde est strictement interdite et la gravité de la planète d’Eden rend toute tentative extrêmement périlleuse.

Critique :

Il paraît que les contraires s’attirent… Juan Solanas le prouve avec ce deuxième long-métrage où la créativité côtoie la poésie. Dans un décor captivant, le réalisateur réussit à mêler la singularité d’un univers de science-fiction et la force d’une histoire d’amour intemporelle. Le scénario, totalement original – fait suffisamment rare pour être souligné en cette période où les écrans sont envahis de suites et préquels – met en scène une histoire d’amour impossible sublimée par la beauté du cadre dans lequel elle s’inscrit. Adam vit dans le monde d’en bas et Eden appartient au monde d’en-haut, deux territoires qui cohabitent en parallèle. Le très sympathique Jim Sturgess, trop rare au cinéma, et Kirsten Dunst incarnent ces deux moitiés séparées par la gravité. En vertu des lois régissant leurs univers, ces deux êtres n’auraient jamais du se rencontrer. Et pourtant…

Upside Down 5

Juan Solanas situe son récit dans une atmosphère onirique et visuellement magnifique. Le film offre des plans d’une beauté à couper le souffle, comme cette sublime scène au sommet d’une montagne enneigée dans laquelle les deux amoureux se retrouvent. Tout en contraste, Upside Down est fondé sur la dualité des thèmes qu’il aborde : opposition entre couleurs chaudes et tons bleutés, opposition entre le monde d’en haut, riche et industrialisé, et celui d’en bas, un champ de ruines appauvri par la cupidité de son « voisin ». Le clin d’œil évident à la dichotomie Nord/Sud telle qu’on la connaît dans notre monde est assez bien vu et rattache le film à une certaine réalité économique et sociale.

Upside Down 3

On découvre avec émerveillement ce monde régit par ses propres lois et la curiosité, piquée au vif, ne retombe jamais. L’attention du spectateur est ainsi constamment éveillée, fascinée par l’originalité et la richesse de l’univers mis en place. Le réalisateur exploite à fond son sujet et le soin porté à chaque détail parvient à le rendre parfaitement crédible, pour le plus grand plaisir des adeptes de mondes dystopiques. Les effets spéciaux, bluffants, n’y sont pas pour rien. Le parti pris de filmer deux univers inversés permet d’alterner les points de vue entre les deux mondes, en filmant à l’endroit et à l’envers. Un choix déconcertant mais qui ajoute à l’intérêt et à l’esthétique du film. Peu de rebondissements ici mais un scénario reposant sur la puissance de son sujet. Juste une histoire d’amour pure, forte et passionnée, simple et à la fois tellement compliquée. Une histoire qui prend aux tripes, bouleversante et éreintante car impossible par nature. On en ressort complètement vidé…

Upside Down 6

Upside Down, de Juan Solanas, avec Jim Sturgess, Kirsten Dunst, Timothy Spall… 1h45, Science-fiction, Romance. Canadien.

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :