[Critique] L’Ecume des jours

Affiche l'écume des jours

« Une adaptation trop littérale qui épuise par son excès d’idées »

Résumé Allociné : L’histoire surréelle et poétique d’un jeune homme idéaliste et inventif, Colin, qui rencontre Chloé, une jeune femme semblant être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Pour payer ses soins, dans un Paris fantasmatique, Colin doit travailler dans des conditions de plus en plus absurdes, pendant qu’autour d’eux leur appartement se dégrade et que leur groupe d’amis, dont le talentueux Nicolas, et Chick, fanatique du philosophe Jean-Sol Partre, se délite.

 

Critique :

Pour beaucoup d’entre nous, le souvenir rattaché à L’Ecume des jours reste celui d’un livre complètement loufoque dont l’étude nous a été imposée au lycée par un professeur de français un peu sadique – pour ma part, j’ai toujours en mémoire l’image de Colin se coupant les paupières tous les matins, une action que j’ai longtemps eu du mal à me représenter. Le roman culte de Boris Vian, avec son univers totalement foutraque et sa manière de réinventer la réalité, était réputé inadaptable. Michel Gondry s’y est pourtant frotté… et s’y est piqué.

L'écume des jours 2

Il semblait de prime abord être le réalisateur approprié : passé par le dessin, le monde du clip et des spots publicitaires, il maitrisait tous les codes pour donner vie à l’histoire imaginée par Boris Vian. Las ! Le savoir-faire technique ne fait pas tout. Soucieux de coller à l’imaginaire du roman et d’en restituer l’atmosphère fantasmée, le film tourne rapidement à l’exercice de style un peu vain. Et sur 2 heures, c’est long, beaucoup trop long ! Certes, L’Ecume des jours repose sur un vrai univers, solide et complet mais il vaut finalement presque plus pour la forme que pour le fond. La faute à un trop plein d’idées, d’effets et de couleurs qui saturent l’écran et l’œil du spectateur. Cette débauche d’originalité et de fantaisie finit par épuiser et écœurer totalement, le film devenant presque désagréable à regarder. En manque de repères et d’éléments familiers, on ne sait pas à quoi se raccrocher… et on finit vite par décrocher. Gondry privilégie ainsi la mise en place de son cadre au détriment de personnages qui se retrouvent noyés dans la masse. Pourtant, les comédiens ne sont pas en cause : Romain Duris, Omar Sy, Gad Elmaleh et Audrey Tautou apportent tous la touche de candeur ou de folie nécessaire à leur personnage. Reste qu’on ne ressent jamais pour eux la moindre empathie.

L'écume des jours 4

On retrouve également avec un certain plaisir les éléments emblématiques du roman comme le pianocktail, le dangereux nénuphar ou l’appartement qui rétrécit à mesure que la maladie de Chloé avance. Gondry a la bonne idée d’accentuer encore cette idée de dépérissement à travers un procédé purement visuel, la disparition presque imperceptible de la couleur pour laisser la place à un lugubre noir et blanc. Les effets spéciaux, d’une qualité indéniable, jouent un grand rôle dans la restitution de cet univers loufoque. En privilégiant l’aspect mécanique à un rendu numérique via ordinateur, ils confèrent au film une véritable ambiance et une esthétique particulière. Les thèmes évoqués eux-aussi sont intéressants. Le travail, la maladie, la mort, l’amour et sa quête ou l’addiction … autant de sujets universels qui nous touchent plus ou moins directement.

L'écume des jours 1

Malgré tout, on ne réussit jamais à être complètement immergé dans l’histoire. La faute à une adaptation littérale peut-être trop appliquée et trop scolaire. Au lieu de livrer sa vision du roman, on a le sentiment que Gondry s’est limité à une simple mise en image du livre. Il en résulte un film plat et sans âme, avec un univers trop bricolé, trop fictif voire factice pour être rattaché à quelque chose de réel et susciter de vraies émotions. A aucun moment on n’est touché par l’histoire de Colin et Chloé. Même quand le film bascule et que la farce vire à la tragédie, on reste très extérieur aux évènements. Comme si finalement, la réputation du roman était fondée.

L’Ecume des jours, de Michel Gondry avec Romain Duris, Audrey Tautou, Omar Sy, Gad Elmaleh, Aïssa Maïga… 2h05, comédie dramatique, français.

Et vous, avez-vous été séduits par cette adaptation de Boris Vian ?

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :