[Critique] Michael Kohlhaas

Affiche Michael Kohlhaas

« Une expédition punitive affaiblie par son manque de souffle malgré la présence d’un Mads Mikkelsen impérial»

 

Critique :

Pendant 25 ans, Arnaud des Pallières a eu à cœur d’adapter la nouvelle éponyme de l’écrivain allemand Heinrich von Kleist, écrite au XIX° siècle. Il s’est finalement jeté à l’eau par peur qu’un autre metteur en scène ne lui grille la priorité. De l’histoire de ce paysan prêt à tout pour conserver son gagne-pain et obtenir réparation, y compris à s’élever contre les puissants, le réalisateur français tire un film ultra-réaliste mais trop dépouillé pour qu’on s’attache vraiment au sort de ses personnages. Cette expédition punitive, finalement assez anecdotique, sert plus de prétexte pour mettre en lumière les abus et l’injustice du système féodal, à une époque où les seigneurs avaient droit de vie et de mort sur leurs serfs. La vendetta de Michael Kohlhaas, motivée par l’honneur et le droit, c’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer, le destin d’un homme qui se heurte à l’affrontement millénaire des classes et des pouvoirs.

Michael Kohlhaas 1

On aurait toutefois souhaité un peu plus de panache dans la démonstration car le film, très naturaliste – peut-être trop –  suscite au mieux un ennui poli, au pire une furieuse envie de piquer du nez. Aucun élan romanesque, pas de souffle épique, oubliez les scènes de bataille ou les grandes envolées lyriques. Michael Kohlhaas adopte un style contemplatif, presque documentaire, pour dresser le portrait d’un homme intègre assoiffé de justice. La lenteur et l’austérité de la mise en scène contribuent à faire du film une œuvre atypique et peu accessible.

Michael Kohlhaas 2

Reste la performance de Mads Mikkelsen – en français dans le texte – parfait comme d’habitude. Le visage du comédien, sec et anguleux, se fond parfaitement dans cette terre rocailleuse des Cévennes balayée par les vents. Désormais habitué à jongler entre les genres avec une aisance constante, du blockbuster hollywoodien au film d’auteur français, il prouve une nouvelle fois qu’il est l’un des plus grands de sa génération. La force de son jeu explose dans un plan final, sublime et déchirant car sans échappatoire. La vision restera longtemps en tête.

Mads

Michael Kohlhaas, d’Arnaud des Pallières avec Mads Mikkelsen, Denis Lavant, Mélusine Mayance, Delphine Chuillot… Drame, Français, Allemand. 2h02.

 

Résumé Allociné :

Au XVIème siècle dans les Cévennes, le marchand de chevaux Michael Kohlhaas mène une vie familiale prospère et heureuse. Victime de l’injustice d’un seigneur, cet homme pieux et intègre lève une armée et met le pays à feu et à sang pour rétablir son droit.

 

 

Publicités

3 Commentaires

  1. Je l’ai hélas raté en salles. Mais je ne manquerais pas de le rattraper, tout austère et contemplatif qu’il puisse être… Superbe critique, au passage 😉

    J'aime

    1. Merci ! Il vaut le détour ne serait-ce que pour Mads 🙂

      J'aime

      1. Je me doute 😉

        J'aime

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :