[Critique] Noé

Affiche Noé

« Un blockbuster bancal qui surprend par son humanité »

Le constat est acquis depuis longtemps : le cinéma et Hollywood raffolent des films apocalyptiques. Rien d’étonnant donc à ce que l’apocalypse originelle, le Déluge décrit dans la Bible, soit mise en scène sur grand écran. Darren Aronofsky s’y attèle en adaptant non pas le récit biblique mais son propre comic-book inspiré par la figure du patri-arche, « Noé, pour la cruauté des hommes« . Une distinction d’importance qui désamorce aussitôt les polémiques ayant précédé la sortie du film, conduisant à sa censure et empêchant sa diffusion dans de nombreux pays du monde arabe. Privées de tout fondement puisque reposant sur les mauvaises données, elles n’ont dès lors plus lieu d’être. Censée se dérouler en des temps reculés – à moins qu’Aronofsky n’ancre son récit dans un futur post-apocalyptique -, l’histoire de Noé est pourtant étonnamment moderne. Elle s’inscrit dans une société qui ressemble à s’y méprendre au Moyen Âge : la nourriture se fait rare, les hommes s’entretuent pour survivre et sont même prêts à échanger leurs enfants contre une ration de viande. Une situation qui rappelle les pires heures de notre civilisation et pourtant… la catastrophe qui frappe la Terre d’alors fait plus que jamais écho à la situation du monde tel que nous le connaissons, ravagé par les guerres et les catastrophes naturelles. Aveuglés par le pouvoir et leur cupidité, les Hommes ont fini par déclencher la colère divine, colère qui aboutira à la destruction de la Terre. Preuve que l’Histoire est définitivement un éternel recommencement. Mais dans le film d’Aronofsky, la relecture biblique n’est finalement pas la plus intéressante, ni même ce que l’on en retiendra.

Noé 2

Car au-delà du récit mystique, marqué par une mise en branle un peu longuette, Noé est avant tout un drame profondément humain. D’abord simple réinterprétation du mythe, vision grandiose certes mais sans réelle âme, le film prend une toute autre tournure et bouleverse quand il laisse de côté le divin pour se placer à hauteur d’hommes, quand les sirènes du blockbuster se taisent pour privilégier l’intime. L’aveuglement causé par la parole divine manque alors de déboucher sur un déchirant drame familial. Noé se pose ainsi en manifeste contre le fondamentalisme et ses dérives pour mettre en garde contre les excès auxquels peuvent conduire tous les cultes. En victimes de cette tragédie, les comédiens servent de la meilleure des façons cette fresque imposante bien qu’un peu bancale : Russell Crowe n’est jamais aussi bon que quand il joue les leaders, Emma Watson confirme, film après film, tout le bien qu’on pense d’elle et Douglas Booth s’impose comme une véritable révélation. Dommage que Jennifer Connelly et Logan Lerman soient de fait relégués au second plan, la faute à des personnages quelque peu sacrifiés. Au fur et à mesure que le film avance, les enjeux se font plus concrets, plus humains aussi. La famille de Noé n’apparaît alors plus comme le simple instrument d’un projet divin, mais comme des êtres humains avec leurs sentiments et leur volonté propres. Et soudain, l’émotion, poignante, débarque sans crier gare, charriant avec les vagues de ce Déluge une multitude de questions : l’Homme mérite-t-il d’être sauvé ? Où situer la limite entre foi et fanatisme? Quelle place pour le libre arbitre dans des cultes et religions régis par les principes les plus radicaux? En nous laissant entrapercevoir un passé (ou un avenir) des plus sombres, le film fournit peut-être un début de réponse.

Noé en tête

Noé, de Darren Aronofsky avec Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson, Douglas Booth, Logan Lerman, Anthony Hopkins… Péplum, Américain, 2h18.

Résumé Allociné :
Russell Crowe est Noé, un homme promis à un destin exceptionnel alors qu’un déluge apocalyptique va détruire le monde. La fin du monde… n’est que le commencement.

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :