[Critique] Tom à la ferme

Tom affiche

« La mort est dans le pré »

Une ligne droite qui déchire la campagne environnante de manière bien trop nette pour laisser une quelconque place au hasard, comme un piège qui mènerait inexorablement celui qui l’emprunterait dans la gueule du loup. Dès le départ, aucune échappatoire ne semble possible. La sublime séquence d’ouverture de « Tom à la ferme », avec sa caméra aérienne, portée par la toute aussi sublime version des « Moulins de mon cœur » interprétée a cappella par Kathleen Fortin, est empreinte d’une vraie légèreté et en même temps contient déjà ce soupçon de malaise sourd qui ne cessera de grandir au cours du film. Une unique prise de hauteur, comme une bouffée d’air salutaire avant de plonger Tom et le spectateur en apnée dans un huis clos étouffant, prisonniers d’un duo mère-fils et de leur cortège de mensonges familiaux. D’abord mis à distance le temps d’un bref instant suspendu, la douleur et le malaise liés au deuil finiront par complètement enserrer les personnages.

Tom 3

Pour son cinquième film, Xavier Dolan adapte la pièce de théâtre éponyme de Michel Marc Bouchard. L’histoire d’un jeune publicitaire qui, en se rendant aux funérailles de son petit ami, va se heurter à la campagne, un univers dur, fait de non-dits et rongé par les préjugés. Le réalisateur donne vie à ce monde de la terre, de la bestialité, un peu à la « Bullhead« , où la brutalité suinte de tous les plans, où les regards et les silences sont aussi lourds de sens que n’importe quel discours. Peu à peu, Tom, jeune homme discret empêtré dans ses cheveux – parfait Xavier Dolan -, va se laisser attirer dans un jeu malsain, une relation de dominant-dominé, d’attraction-répulsion avec le frère aîné de son amant. Toute l’ambiguïté qui émane de ce huis clos à la fois sensuel et effrayant vient de là : même s’il sent venir le danger, Tom se laisse prendre dans cette séquestration partiellement consentie. L’emprise et l’ascendant psychologique de Francis s’abattent sur lui dès ses premiers pas à la ferme, le piégeant dans un guêpier bien plus pervers qu’il n’y paraît car on ne sait jamais qui tire vraiment les ficelles. Jusqu’à un certain point, Tom aurait pu partir et prendre la clé des champs, mais ne l’a pas fait.

Tom 1

Dans ce climat d’intimidation et d’homophobie latente, instillé par l’excellent Pierre-Yves Cardinal, sombre et menaçant, le mensonge est omniprésent. Tom ne peut pas dire ce qu’il ressent car sa véritable identité est biaisée dès le départ. Pas de place pour faire son deuil, pas de place pour sa douleur d’amant. Même la mise en scène participe à cette ambiance oppressante. Xavier Dolan joue ainsi avec les différents formats de pellicule, passant en 16/9 lors de scènes particulièrement intenses. La séquestration, physique et psychologique, qui s’est lentement mise en place autour de Tom est alors totale, l’image comprimant et étouffant également le personnage, pris en étau entre ce que lui dictent son cœur et sa raison. Le procédé, loin du seul exercice de style, trouve ici sa pleine justification. La parenthèse vécue dans cet asile de fous paraît presque irréelle jusqu’à ce que sa violence finisse par éclabousser le cadre, laissant le spectateur, témoin muet et impuissant, encore sonné. « Comme une pierre que l’on jette dans l’eau vive d’un ruisseau et qui laisse derrière elle des milliers de ronds dans l’eau… ».

Tom 2

Tom à la ferme, de et avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy, Evelyne Brochu… Canadien, Français. Thriller. 1h42.

Résumé Allociné : Un jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :