[Evénement] Retour sur le Showeb de rentrée 2014

showeb

Mardi 7 octobre se tenait le Showeb de rentrée 2014 à l’UGC Ciné Cité, à Paris. Un événement entièrement consacré au cinéma organisé par Le Film Français et l’agence Casablanca à destination des journalistes web et des blogueurs. L’occasion pour les distributeurs de présenter leur line-up en diffusant bandes-annonces et extraits, souvent inédits, de leurs futures sorties.

Petite présentation non exhaustive des films découverts (tout s’enchaînait relativement vite, je me suis un peu perdue en route), en sachant toutefois qu’il est délicat et réducteur d’évaluer un film sur la seule foi d’une bande-annonce. A part dire « ça a l’air intéressant » ou « ça semble pas mal », difficile de développer plus…

SND :

L’Affaire SK1, de Frédéric Tellier :
Le film retrace l’enquête menée par la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres pour traquer le tueur en série Guy Georges. Les premières images laissent envisager un film intense et prenant sur la question de la nature humaine. Avec Raphaël Personnaz, Nathalie Baye, Michel Vuillermoz et Olivier Gourmet.
Sortie le 7 janvier 2015.

Astérix – Le Domaine des dieux, de Louis Clichy et Alexandre Astier :
Je me souviens avoir été assez déçue en apprenant que le film serait en animation et pas en live action. Mais j’ai radicalement changé d’avis après avoir vu les images présentées par SND. On y retrouve totalement l’humour et la patte d’Alexandre Astier à travers de nombreuses références et clins d’œil, notamment au Seigneur des Anneaux ou à un discours du Général de Gaulle…
Sortie le 26 novembre 2014.

Gebeka Films :

108 Rois-Démons, de Pascal Morelli :
Dans la Chine du XII° siècle, un prince, un moine et une mendiante vont s’allier pour vaincre les Rois-Démons, des monstres qui terrorisent le pays. A en juger par le premier aperçu, ce film d’animation visuellement sublime promet une aventure de haut vol.
Sortie le 21 janvier 2015.

Jour 2 Fête :

Sur la dizaine de films présentés, j’ai retenu Lilting ou la délicatesse, de Hong Khaou :
A Londres, une mère pleure la disparition de son fils. Arrive alors un jeune homme qui s’avère être le compagnon du défunt. Si le pitch rappelle celui de Tom à la ferme, le registre du film n’est pas le même. Pas de thriller ici mais un drame porté par un Ben Wishaw qui « semble » (ahhhhh) particulièrement touchant.
Sortie le 15 octobre 2014.

Gaumont :

Sans surprise, Gaumont a présenté ses prochains gros hits : Samba, à travers un making-off et un bêtisier, ainsi que Respire, le deuxième film de Mélanie Laurent. Mais j’en ai personnellement retenu deux autres.

La French, de Cédric Jimenez :
Gaumont a dévoilé un promo reel inédit de 7 minutes qui a considérablement relevé mon attente en ce qui concerne ce film. L’accent y était mis sur le personnage du juge Michel, incarné par Jean Dujardin, et sur le dilemme qui le ronge, puisque celui-ci a dû renoncer à traiter les affaires liées aux mineurs après avoir été nommé au grand banditisme. La French apparaît finalement comme plus complexe que ce que la première bande-annonce laissait voir et ce promo reel a attisé ma curiosité.
Sortie le 3 décembre 2014.

J’ai embrassé une fille, de Noémie Saglio et Maxime Govare :
Jérémie est sur le point de se marier avec son compagnon. Seulement voilà : un jour, il se réveille dans le lit de la jolie Adna. Toutes ses certitudes volent alors en éclats. Porté par Pio Marmai, Franck Gastambide et Camille Cottin, le film s’annonce comme une comédie enlevée.
Date de sortie indéterminée.

Europacorp :

Je n’ai rien relevé de notable dans la présentation du distributeur. Celui-ci a mis en avant Taken 3, Les Gorilles, une comédie avec Manu Payet et JoeyStarr, et manifestement beaucoup de blagues en dessous de la ceinture, et Bis, film de Dominique Farrugia dans lequel Franck Dubosc et Kad Merad incarnent deux quarantenaires qui se retrouvent projetés à l’époque de leur adolescence. La bande-annonce m’a arraché un sourire…

Universal :

La présentation a commencé par une petite déception puisqu’un bug technique nous a privé de la découverte des images des Minions, le spin-off centré sur les créatures loufoques de Moi, moche et méchant, qui sortira le 8 juillet 2015. Mais le reste de la présentation valait son pesant de cacahuètes.

Favelas, de Stephen Daldry :
Le réalisateur de Billy Elliot et The Reader retrace le parcours de trois gamins issus d’une favela brésilienne et qui s’élèvent contre la corruption de la police locale. Une histoire noble sur la justice et la quête du bien. Why not.
Sortie le 12 novembre 2014.

Invincible, d’Angelina Jolie :
Le destin du coureur olympique et héros de guerre Louis Zamperini qui fut également l’un des seuls survivants après le crash de son avion en mer, avant d’être capturé par la marine japonaise et emprisonné dans un camp. Bref, quelques moments de bravoure et un beau portrait humain en perspective… Avec Jack O’Connell, Garrett Hedlund et Domhnall Gleeson. Casting très sympa donc.
Sortie le 7 janvier 2015.

The Theory of everything, de James Marsh :
(Je renie le titre français, « Une merveilleuse histoire du temps »).
La bande-annonce a été dévoilée il y a un moment, mais le film fait partie de mes plus grosses attentes de l’année prochaine. Il s’agit du biopic du physicien Stephen Hawking atteint de dystrophie neuromusculaire, une maladie qui le paralysera peu à peu. Je finis en larmes à chaque fois que je regarde la bande-annonce, et cette fois encore ça n’a pas loupé. Et puis Eddie Redmayne quoi.
Sortie le 11 mars 2015.

En vrac, nous avons également vu les bandes-annonces du Septième fils (énième film fantastique manichéen et à première vue un peu bébête avec ses méchantes créatures que devront éliminer de valeureux héros), 50 Nuances de Grey, Les Boxtrolls et Fast & Furious 7.

Studio Canal :

Imitation Game, de Morten Tyldum (non, ce n’est pas le nom d’un personnage de Harry Potter…) :
L’histoire d’Alan Turing, mathématicien de génie, dont l’invention permis de déchiffrer le code de communication des Nazis durant la Seconde Guerre Mondiale. Son homosexualité effacera toutefois son statut de héros de guerre et l’entraînera dans la tourmente de la machine judiciaire. La bande-annonce est sortie il y a quelque temps mais rien que pour son trio principal (Benedict Cumberbatch, Matthew Goode et Keira Knightley), ça vaut le coup d’en remettre une couche.
Sortie le 28 janvier 2015.

Macbeth, de Justin Kurzel :
Studio Canal nous a présenté un court teaser annonçant un film plein de bruit et de fureur. Avec un Michael Fassbender plutôt classe arborant un look de guerrier maquillé, sorte de mix entre William Wallace dans Braveheart et Jack Sparrow (si si, pour de vrai, le rendu est dingue !).
Date de sortie indéterminée.

Nous avons également vu deux extraits inédits de Paddington, la bande-annonce de Serena et de Big Eyes, ainsi que les premières images du projet, pour le moment sans titre, de Stephen Frears sur Lance Armstrong.

Pathé :

Comme pour Europacorp, la présentation de Pathé m’a laissé sur ma faim (…). Nous avons pu voir la bande-annonce de Papa ou Maman, dans lequel Marina Foïs et Laurent Lafitte font tout pour ne surtout pas avoir la garde de leurs enfants après leur divorce, Le Grand Jour et Pourquoi j’ai pas mangé mon père, première réalisation de Jamel Debbouze.

Le Pacte :

Si le line-up du Pacte comprend également [REC] 4 et Cold in July, j’ai surtout retenu les sorties suivantes.

Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako :
Sans conteste l’un des films événements du dernier Festival de Cannes. Timbuktu retrace la manière dont les djihadistes ont instauré un régime de la terreur au Mali et comment les habitants d’un petit village font face à ce nouvel ordre.
Sortie (enfin !) le 10 décembre 2014.

Queen and country, de John Boorman :
Les amours naissantes de Bill, 18 ans, sont contrariées quand il part pour deux ans de service militaire afin de former les jeunes recrues qui vont se battre en Corée. Mais la guerre n’annule pas la part d’humanité de ces hommes qui tomberont malgré tout amoureux. La bande-annonce inédite promet un drame poignant. Avec Caleb Landry Jones, vu dans Antiviral.
Sortie le 7 janvier 2015.

The Voices, de Marjane Satrapi :
L’histoire de Jerry Hickfang, employé dans une usine de baignoires et qui en pince pour la comptable. Leur relation sera perturbée par le chat et le chien de Jerry, tous deux doués de parole. Avec Ryan Reynolds, Gemma Arterton et Anna Kendrick. Le film a marqué l’édition 2014 de L’Etrange Festival à Paris.
Sortie le 11 mars 2015.

The Jokers :

La découverte de ce distributeur a été une vraie et agréable surprise et la qualité des images présentées (Cold in July et Haemoo notamment) était tout simplement bluffante. Vu les applaudissements nourris avec lesquels ont été accueillies les bandes-annonces projetées, il y a fort à parier que The Jokers est promis à un bel avenir. Dommage toutefois que les deux films ci-dessous et mes plus grosses attentes n’aient été que peu illustrés.

Lost River, de Ryan Gosling :
Pas d’images inédites pour le premier film du comédien en tant que réalisateur. Nous avons eu droit à l’extrait déjà connu, dans lequel Matt Smith répète à qui veut bien l’entendre « Look at my muscles ». En revanche, le distributeur nous a présenté une petite vidéo très sympa mettant en scène Ryan Gosling et Nicolas Winding Refn, le deuxième s’exprimant à la place du premier, mutique – comme d’habitude.
Sortie le 18 février 2015 (autant dire une éternité…).

High Rise, de Ben Wheatley :
Le tournage du film a beau être terminé, aucune image n’a encore été dévoilée. Petite déception pour tout dire. Du coup, on nous a proposé un message plein d’humour et de second degré du réalisateur chantant les louanges du distributeur français… Adapté du roman d’anticipation de J.G. Ballard, le film retrace la révolte opposant les habitants d’un même immeuble.
Date de sortie indéterminée (cruel).

Wild Bunch :

One chance (retitré Un Incroyable talent), de David Frankel :
L’histoire (vraie – la précision est toujours importante au cinéma…) de Paul, un chanteur d’opéra devenu une star après avoir remporté la première saison de Britain’s Got Talent en 2007. Deuxième vague de larmes versées pour moi (bah oui, qu’est-ce que vous voulez, ça m’émeut ces histoires de destins qui basculent). Avec James Corden et Julie Walters.
Sortie le 11 mars 2015.

The Little death, de Josh Lawson :
Dans un quartier propret, comme il en existe des millions, plusieurs personnages se croisent et explorent une nouvelle facette de leur sexualité. D’après les premières images dévoilées, le résultat promet d’être gonflé et totalement décomplexé.
Date de sortie indéterminée.

Disney :

The last but not the least. La journée de présentation s’est terminée avec le line-up de Disney, ainsi que des deux studios rachetés par la firme aux grandes oreilles, Marvel et Pixar. Très soucieux de préserver le secret autour de ses futures sorties, Disney a demandé à ce que chacun laisse son téléphone portable à l’entrée de la salle et signe une clause de confidentialité, pour éviter les fuites. « Vous pouvez donner votre avis général mais sans décrire les images que vous verrez », nous dit-on. Genre, qu’est-ce qu’il se passera si on en dit trop ? On se retrouvera avec le GIGN à la porte et des électrodes branchées sur les tétons ????

Très rapidement donc, nous avons eu droit à la bande-annonce des Nouveaux héros, du Cendrillon de Kenneth Branagh (qui ressemble visuellement au Blanche Neige de Tarsem Singh – sic), de Tomorrowland et de Vice-Versa ainsi que d’un extrait très amusant du film.

Très attendu, Avengers : Age of Ultron s’est dévoilé à travers un extrait présenté au Comic Con de San Diego et mêlant action et humour, comme Marvel en a l’habitude. Les applaudissements qui ont suivi en disent long sur l’impatience des fans… Enfin, nous avons pu avoir un petit aperçu de Ant-Man et le résultat, avec son jeu de tailles et de perspectives, a l’air pas mal.

Cette riche journée s’est achevée avec la projection « surprise » de César et Rosalie, de Claude Sautet, présenté par monsieur Thierry Frémaux himself. Il s’agissait pour ma part de ma première vision du film, mais j’avais la tête trop pleine de tout ce que j’avais vu dans la journée pour pouvoir pleinement l’apprécier.

Bilan :

Cette première expérience au Showeb a été très intéressante et la mise en bouche, réussie. J’ai découvert plein de films dont je n’avais jamais entendu parler, la découverte du distributeur The Jokers a été une vraie surprise et c’était très agréable d’avoir toutes ces images présentées sur un plateau. J’ai quand même été un peu frustrée par cette impression d’être devant un grand banquet et de n’avoir droit qu’à des miettes (j’arrête là la métaphore culinaire). Il faut dire que globalement, cette époque du « teaser du teaser du trailer », où l’on doit se réjouir dès que l’on a la grâce de nous dévoiler 30 secondes de film par ci ou 1 minute par là, m’angoisse un peu. Pourquoi tout dématérialiser à ce point, au risque de gâcher ou d’atténuer l’effet de surprise en salles ? Si les découvertes furent nombreuses, beaucoup de bandes-annonces étaient déjà en ligne depuis quelques temps. Alors, certes, les voir sur grand écran est totalement différent mais la surprise est moins totale. Mon bilan est en fin de compte dominé par un sentiment assez ambivalent : j’ai l’impression de n’avoir eu qu’un simple aperçu de beaucoup de choses mais j’en ai aussi découvert d’autres que je ne serais pas forcément allée voir de moi-même. Hâte maintenant de voir arriver la fin 2014 et l’année prochaine…

Publicités

Note à Béné

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :